Artificielle intelligence

by etsi.com

artificielle intelligence 1Se contenter du monde, de sa diversité, n’est pas chose simple surtout quand nombre de discours invoquent la jubilation de la performance, la nécessité de l’adaptation, l’accélération immuable d’une société concurrentielle.
Notre capital est devenu humain (et nous n’avons pas tous la même valeur), la bienveillance est dans toutes les bouches, l’intelligence artificielle promet des lendemains qui chantent, des process qui libèrent les individus de tâches aliénantes.

Alors pourquoi, à les entendre, je n’ai la sensation que de voir des chimères ? D’entendre qu’un énième progrès artificiel ?
Pourquoi quand, parfois je questionne un interlocuteur pour une question technique, administrative, j’ai la sensation de m’adresser à un individu « remplaçable », déjà intégré dans un processus bien huilé, aux réponses manufacturées auxquels bien d’autres pourront succédés ? Pourquoi j’ai la sensation étrange d’apercevoir un individu perdu dans des croyances où « je » n’existe pas, ou ce n’est pas « le sujet ».

Non, décidemment, se contenter du monde ne suffit plus. Ecouter sans chercher de réponse, s’émerveiller devant l’autre, devant l’ailleurs, sans en faire un objet d’étude et accepter simplement les résonnances (raisonnances)  en nous, semblent vains. Futiles. Illusoires.

archize.fr
archzine.fr

Certaines voix s’élèvent, arborent leur (votre) singularité comme une évidence, s’ (nous) affirment irremplaçables et c’est comme une bulle d’air, une lumière qui me rappelle que si se contenter du monde n’est pas chose simple, elle reste le privilège de notre humanité. Elle fait de nous des êtres intelligents, qui cherchent, au-delà des apparences, à aller au-delà de l’artificiel. Elle accepte le subjectif et l’insondable, l’erreur et la fausse route, le doute et le chaos, la subtilité et l’inutilité, la créativité et la rencontre.

Poser des mots, des images sur cette illusion du réel est une source d’inspiration, de respiration qui nous amène à nous imaginer comme les enfants d’un cycle qui sondent, expérimentent, partagent. Juste pour le plaisir d’être à soi et aux autres avec toute l’intelligence de la diversité humaine. Un plaisir futile et essentiel loin de l’artificielle intelligence efficace, prônée parfois comme l’atteinte de l’absolue nécessité.

 

1 commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s