Un bus nommé désir

Penser à lui, souvent. Passer devant chez lui, toujours. En revenant du marché, pour éviter les bouchons, en flânant, l’air de rien, ses souvenirs en bandoulière.
Voir les volets clos, scruter le nom sur la boite à lettres. S’attrister de ne rien apercevoir. Et pourtant, y passer encore et encore. Au cas où.
Imaginer sa vie, sans elle. Imaginer ses regrets, ses colères, craindre son égarement. S’effacer. Oublier. A son corps défendant. Se résoudre à faire sans. Cela ne se peut. Il n’est pas un temps pour tout.
Dans une routine quotidienne, prendre le bus. Composter, balayer les places du regard. L’air de rien. Dans un songe, ressentir sa présence, reconnaître sa silhouette, là, tout droit, bien en face, au fond du corridor collectif.
Baisser la tête, sourire à celui qui cède sa place et s’assoir, dans le silence d’une émotion qui vous emporte, qui resurgit. Lui faire dos. Pour mieux y faire face.
Accepter son corps qui s’émeut, son cœur qui s’accélère. Se souvenir et rêver à nouveau. Sourire encore, les joues rougies par la tempête qui renaît. Bêtement, que pour soi, dans la solitude d’un « avant » revenu. Ne plus bouger, ne pas se retourner et douter de son intuition. Dans un frémissement qui remonte depuis le bas du dos, y croire, encore.
Se réjouir « c’est un signe » et s’éteindre « mais de quoi ?». Chasser les questions qui s’entassent « m’a-t-il vu ? », « m’a-t-il reconnu dans la foule ? », « est-il troublé ? ».
Rester immobile face à la bourrasque des sentiments. Juste entendre ce qui fait écho dans son âme troublée.
Espérer, encore. Lutter, toujours.
Dans le flot des passagers qui s’agite, le voir avancer, marcher et descendre. Le suivre du regard. Etre sûre du mirage qui s’offre à vous. Jouir de l’avoir su. Le trouver grossi, muri et solitaire. Laisser le charme s’enfouir en vous, le suivre du regard. Le voir se dissoudre dans la foule de la ville qui s’active. Le chercher encore. Et dans la perte, s’émouvoir de n’avoir pu, n’avoir su.

Publicités

10 commentaires

  1. Un très beau texte Emmanuelle empreint de cette nostalgie que tu sais si bien manier pour nous faire ressentir l’absence avec une belle plume poétique. Merci pour le partage 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s